• Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

    Rejoignez 310 autres abonnés

  • Catégories

  • Archives

  • Stats du Site

    • 857 221 hits
  • Conseil en développement et structuration commerciale

    Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

  • Publicités

Commerciaux : postez sur les réseaux sociaux en 2019

 

 

 

 

 

 

Oui, mais quoi ?

« Les réseaux sociaux peuvent s’apparenter à un dîner mondain : chacun doit pouvoir se mettre en avant, sans pour autant agacer tous les convives. »
C’est une réflexion tirée d’une tribune de Marion Baudel, directrice Social Media chez Brainsonic. Cet article était orienté BtoC, mais le parallèle avec le BtoB reste fort.
Surtout parce que le marketing BtoB reprend les travers du marketing BtoC.

Le marketing d’influence, ce n’est pas de la publicité.

Malheureusement nous constatons tous la tendance des marques BtoB à utiliser les réseaux sociaux comme canal de communication tous azimuts.
Dommage, car à terme nous risquons encore une fois l’overdose de pubs : « ma dernière fabrication », « mon dernier salon », « mes portes ouvertes », « mon nouveau produit »…
Les réseaux sociaux sont faits pour de l’influence de niche, pour engager des conversations, échanger et non faire de la publicité.

Si je prends l’exemple de LinkedIn, il y a l’endroit pour écrire un article ou un post et l’endroit pour faire de la pub :

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est de l’interaction sociale.

Les médias sociaux utilisent l’intelligence collective dans un esprit de collaboration en ligne (Wikipédia). Restons intelligent.

Tu est commercial, alors forme toi à la communication éditoriale, au social selling et n’oublie pas le Social !

Éduque ton boss s’il ne sait pas comment s’y prendre !

Post ≠ Pub

Publicités

L’élicitation késako (partie 2/2) ?

L’élicitation ou l’art de vous faire parler pour vous voler des informations confidentielles sans même que vous ne vous en rendiez compte.

Aujourd’hui les profils des personnes dont il faut se méfier (suite au premier article paru dans ce blog le 13/02/10).

 » L’habile questionneur est inconnu avant cette conversation. Il estparticulièrement sympathique voire empathique, de votre nationalité (français ?) ou francophone et francophile. Il donne peu d’informations sur lui mais il partage vos centres d’intérêt (passion commune, activités sportives ou culturelles…), lesquels en toute hypothèse ne permettront pas de l’identifier (pas de carte de visite professionnelle…). Il est crédible lorsqu’il prétend connaître votre entourage professionnel. Lui parler de vous (ce que chacun d’entre
nous fait le mieux) le passionne littéralement.
– Quelques techniques conversationnelles utilisées, elles reposent sur la séduction intellectuelle et physique, la flatterie de l’ego … :
La flatterie : « – Vous occupez un poste très important !
– Le plaisir de parler de son expertise professionnelle à un interlocuteur qui semble tout aussi expert que soi et à qui l’on n’a rien à cacher car il donne l’impression de faire partie du cercle restreint des initiés (vous n’avez toutefois pas vérifié qu’il n’était pas connu de ce cercle, même s’il le suggère).
– Le souci de susciter l’intérêt d’un jeune et brillant diplômé pour le voir se consacrer à votre branche d’activité professionnelle
– L’échange d’informations. Votre interlocuteur est une mine d’informations qui paraissent confidentielles. Vous lui faites quelques confidences afin que ce flot ne s’interrompe pas.
– L’admiration (ou la détestation) réciproque d’un tiers. Votre interlocuteur vante les qualités de votre collaborateur. Vous
abondez en son sens en lui délivrant des informations (éléments biographiques, compétences, plan de carrière dans l’entreprise …)
qu’il n’aurait pu obtenir en ouvert.
– Séduction masculine ou féminine : le désir de briller devant un interlocuteur particulièrement attirant dans une atmosphère détendue est susceptible de faire perdre la retenue et la discrétion professionnelle habituelle. »

(voir le guide pratique de la sécurité http://www.hfd.minefi.gouv.fr/).

L’élicitation késako ?

Cet article, un peu inhabituel, nous concerne tous.

Nous prospectons en permanence pour nos activités (privées et professionnelles) et sommes forcément amenés à rencontrer beaucoup de gens.

« L’élicitation est une technique d’entretien, issue des sciences sociales, visant à faire s’exprimer des experts pour formaliser leur savoir faire et, par la suite, le modéliser. En résumer il s’agit de vous faire parler pour vous voler des informations confidentielles sans même que vous ne vous en rendiez compte. »

Certains interlocuteurs que vous rencontrez peuvent vous poussez à des indiscrétions sans éveiller votre attention (voir le guide pratique de la sécurité http://www.hfd.minefi.gouv.fr/).

Où/quand se méfier ?

– conversation en tête à tête lors de colloques, réceptions
– déplacements, formations, séminaires, salons, événements
– en général lorsque l’attention se relâche cocktail, pause, repas

Je vous proposerai prochainement un second billet pour vous donner des informations sur les profils des personnes dont il faut se méfier.